2015-06-18

P_ Procida

Isola di Procida 


Procida est l'une des îles Phlégréennes 
dans le golfe de Naples. 







 Un port en couleur,des ruelles en pente, des jardins, des citronniers...



Une citadelle sur un rocher battu par les flots ... au loin le Vésuve.





Pour atteindre Procida, on embarque depuis Pozzuoli, qui fut une antique colonie grecque puis un port romain. 
Les Anciens situaient l’entrée des Enfers dans la Solfatare des Champs Phlégréens …


Mes ancêtres ont vécu à Procida jusqu’au XVI ème siècle.
Francesco Lubrano était pêcheur. Il avait deux fils : Pietro né en 1572 (sosa 518) et GiacomAntonio né en 1577, à Procida.

Les familles Lubrani sont encore présentes sur l’île, cependant beaucoup ont émigré. Cela fait partie de mes projets de les contacter; un site de généalogie  nous donne des pistes (http://www.procida-family.com/)




A Procida, la célébrité est Graziella, fille d’un pêcheur d’origine grecque. Elle fut aimée par Alphonse de Lamartine dont le beau roman d’amour reste touchant et triste.


Bibliographie :
La cucina di Graziella, Le antiche ricette di Procida, Mario Raffone Editore. 2006
Graziella, Alphonse de Lamartine, disponible sur  Gallica


Mais pour nous l’histoire ne s’arrête pas là...

En 1812 Alphonse de Lamartine rentre en Bourgogne. Il vient d’abandonner Graziella qui, selon la légende, mourra de chagrin. 
Il retrouve son ami Guillaume Michon de Pierreclau dont l’épouse, Nina Dezoteux, est la demi-sœur de Pauline (l’aïeule de mon mari). Nina aime Alphonse et Léon naît en 1813.


Lamartine écrit avec beaucoup d’imagination et son roman est considéré comme une fiction plus qu’une autobiographie. Ses descriptions nous enchantent, il donne des couleurs à cette île à laquelle il attache des souvenirs vibrants : la tempête, l’hospitalité des habitants, la maison, la barque, les jardins, les figues …



 Il était improbable au début du XIXe siècle ce lien entre des sociétés aussi éloignées que pouvaient l'être des familles bourguignonnes et des pêcheurs de Procida ! Ces jeunes gens, Alphonse, Nina et Graziella ont partagé de belles rencontres romanesques. Leurs vies étaient proches de celles de nos ancêtres situés dans deux arbres aux caractères bien différents.


2 commentaires:

  1. Cette île a l'air magnifique ! Merci de nous faire voyager ainsi :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as bien de la chance d'avoir des ancêtres originaires de là-bas (j'adore les îles volcaniques !). Vivement que tu entres en contact avec les familles Lubrani et que tu te fasses inviter chez eux !

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !