2015-06-20

R _ Raïs des madragues

Antoine Ricard (sosa 66) était rais des madragues à Saint-Tropez en 1776, comme nous l’apprend l’acte de mariage de sa fille Élisabeth Modeste Ricard. Il a été second rei de madragues en 1784, en 1760, la profession est précisée dans les registres BMS de Saint-Tropez.

La Madrague ou la Pêche au thon - © Musée national de la Marine
Joseph Vernet, Vue du golfe de Bandol :
 La Madrague ou la pêche au thon, 1754,  

 © Musée national de la Marine _ permalien pour zoom et analyse de La Madrague


Le rais ou le rey des madragues est le chef des pêcheurs, c'est un homme respecté de tous.
« La personne qui jouit de plus de considération dans nos madragues, c'est celle du rais. Ce nom est donné au chef des pêcheurs, qui a la suprême direction de la pêche, et une autorité absolue sur tous les pêcheurs, appelé dans les madragues de Provence, rey. Il dispose, il ordonne, il juge, il châtie, sans que personne ose se plaindre ni murmurer de son pouvoir sans bornes; aussi cherche-t-on toujours pour ce poste important l'homme le plus habile et le plus intègre, puisque c'est de lui que dépend entièrement l’heureuse issue de la pêche... » source 2

La madrague désigne à la fois la « grande pêche », le lieu et le dispositif de filets : un vaste labyrinthe pour capturer les thons. Cette pêche saisonnière était organisée pendant la période de migration des thons entre mars et novembre.
Ce monopole, le roi l’a accordé en privilège aux seigneurs de BandoI qui le cèderent aux princes de Rohan. Les madragues sont données par bail en fermage à des « sociétés de madragaïres » où l’on retrouve les notables tropéziens qui prennent des parts dans l’affaire.
Les fermiers accordent une attention particulière au choix du capitaine ou raïs de madrague car il y a beaucoup d’intérêts en jeu.
C’est le raïs qui trace la madrague, qui décide où placer les filets dans la mer, qui surveille et estime l’entrée des poissons, qui programme le moment crucial où les bateaux des pêcheurs vont encercler la madrague. Toutes ces opérations s’apparentent à des cérémonies spectaculaires qui engagent le respect. On invoque la protection céleste. L’événement concerne toute la population depuis la préparation du matériel, jusqu’à la conservation des thons par marinade ou salaison.



Antoine Ricard est décédé à l’âge de 80 ans "dans la maison qu'il habitait sise à la rue du Portalis" à Saint-Tropez, le 15 fructidor an 7. Il était "naviguant et patron pêcheur " 
 Il avait épousé Marie Catherine Viano (Vian) fille de Vian Mangepan, au patronyme fort intrigant. Tous deux passent pour être nés à Villefranche-sur-Mer mais je n’ai pu retrouver leur acte de naissance ni de mariage.
Antoine est le père d’au moins 7 enfants. Parmi ceux-ci :
 Clara Ricard épouse d’Ignazio Bancala. Je pourrais parler d’elle plus tard…
Tropez Antoine Ricard et Joseph Barthélémy Ricard, ses fils, étaient matelots, ils sont répertoriés dans le registre maritime 4P 58 Archives de Toulon.
Je viens d’apprendre 1 que « des liens familiaux unissent souvent les raïs des cités provençales : ainsi en est-il aux XVIIe et XVIIIe siècles  des familles Ricard et Curet de Saint-Tropez et de Sanary »  
Voilà une piste à suivre car la famille Ricard est difficile à localiser.

Bibliographie
1 Gilbert Buti, Les Chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (XVIIe –XVIIIe siècles) Rennes, PUR, 2010
2 D.A. Azuni, Histoire géographique politique et naturelle de la Sardaigne (p.314) - 1802. books.google (cliquer sur le  permalien)

3 commentaires:

  1. Très intéressant :-) J'espère que cette nouvelle piste s'avèrera fructueuse !

    RépondreSupprimer
  2. Encore une découverte grâce à toi. Je ne pensais que le mot raïs, qui est un mot arabe, était employé dans le sud de la France. Je serai curieuse de découvrir la source du terme.

    RépondreSupprimer
  3. Raïs est un nom arabe qui désignait des chefs, mais aussi les « capitaines de la mer ». Il est employé ici dans ce contexte particulier de « chef des pêcheurs de madragues ». C’est ce que j’ai appris en rédigeant cet article.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !