2016-06-01

A _ à l'Auberge

Ce sont les histoires de notre maison, celles de ses habitants et celles du village qui m’ont entraînée dans l’aventure de la généalogie.

Notre famille a vécu là depuis plusieurs générations qui remontent à la nuit des temps.

Cette maison a été une auberge jusqu’au début du XIXème siècle.

Une lignée d’aubergistes dans mon arbre, depuis Jacques Audibert au XVIIème siècle


François Ludger, un bébé de 18 mois, m’a donné l’adresse de sa famille, par son acte de décès le 13 fructidor an 8. Son grand-père Jean Audibert était aubergiste « à la Gardy » qui désignait l’entrée du village, près de la porte fermant les remparts au XVIIIe siècle. Il est probable qu'ils ont aussi vécu dans cette maison nos ancêtres Joseph et Jacques qui étaient hôtes depuis le XVIIe siècle.
Je ne sais depuis quelle époque antérieure l'oustal est habitée par la famille Audibert. Les murs anciens ont une épaisseur qui témoigne des agrandissements successifs au-dessus des caves et des citernes voûtées. Elle nous materne aujourd’hui cette demeure qui s’est transmise aux femmes plusieurs fois. Il est rassurant d’être à l’abri lorsque le souffle puissant du vent nous inquiète dans les cheminées, lorsque les orages du mois d’août claquent et la pluie tente d’entrer par les fenêtres exposées au sud.
La maison est fraîche en été, chaude en hiver. Ses vieilles pierres savaient protéger les voyageurs étrangers au bourg, lorsqu'ils avaient grimpé le chemin pour atteindre ce village perché dans les collines de Provence intérieure. Les hôtes attachaient leurs mulets à l'un des anneaux devant l’écurie. 
Ils devaient être heureux de se réchauffer près de la grande cheminée, en buvant le vin de la cave. De grands chaudrons contenaient des soupes et des ragoûts, sur le tournebroche un lièvre rôtissait...


Chez nous, chaque crépuscule est un éblouissement suivi de nuits douces et parfumées. Lorsque la porte de la Gardy se refermait pour mettre les villageois à l'abri dans l'enceinte des remparts, les voyageurs pouvaient se reposer et apprécier la nuit à l'auberge. Il ne faut pas s’inquiéter des craquements des meubles, des claquements des volets, des grincements des vieilles portes. Tellement de personnes dînèrent, burent, dormirent dans ces chambres, tant d’histoires furent contées par chacun d’eux.  Écoutez-les !



6 commentaires:

  1. Une maison qui renferme beaucoup d'histoires...

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est, on est entré! On est complètement dans l'ambiance des lieux grâce à cet article.
    Marie

    RépondreSupprimer
  3. La décor est planté et on a envie d'en savoir plus ! Cette maison a sans doute beaucoup à raconter, comme celle du roman de Diane Meur Les vivants et les ombres (je suis moi aussi une de ses lectrices)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous partageons donc des goûts communs : des romans, la généalogie ...

      Supprimer
  4. Quelle auberge accueillante, on a envie d'y rester pour lire la suite, au coin de la cheminée...

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !