2016-06-11

J_ le Jupon d’Éléonore

Cela m’a bien plu de trouver une aïeule portant de si jolis prénoms; Constance Éléonore est la grand-mère de ma grand-mère. C’est un peu dommage que personne ne sache que notre maison était sa maison, que l’on ait oublié que quelques uns de nos meubles et de nos ustensiles étaient les siens.
Avons-nous idée de ce qui va rester de nous ?

J’ai mis bien longtemps à réaliser qu’elles pouvaient être celles d' Eléonore Fave, ces initiales E. F brodées au point de croix avec du fil de coton rouge.


C’était son jupon, ce que je prenais pour une couverture tricotée en coton blanc. Huit mailles à l’endroit, quatre mailles à l’envers, répétées trente fois ce qui constitue un diamètre de 250 cm, sur une longueur de 70 cm. Au bas un joli motif de quatre mailles alternées sur quatre rangs endroit-envers forme un superbe damier.
Des heures à tricoter. Les aiguilles sont peut-être encore dans la boîte à couture.

Lorsqu’Éléonore avait 18 ans, elle vivait avec sa tante Joséphine dans notre maison, selon le recensement de 1851. Elles étaient couturières.
Le 30 avril 1855, Éléonore épousa Pierre Théodore. Ce jupon faisait sans doute partie de son trousseau lequel sans être détaillé a été évalué à 500 frs dans son contrat de mariage.
Ce jupon lourd, froncé autour de la taille d’une petite femme, gonflant sur les hanches et dans le dos, devait l’habiller avantageusement, la faisant paraître opulente. Peut-être était-elle toute mince ?
L’usage était de porter deux ou trois jupons sous la robe. Le jupon de dessus, appelé « coutihoun », était une jupe qui devait tenir chaud en hiver, il était  confectionné en piqué, matelassé.
Sur la jupe ou la robe, les femmes portaient un tablier qui s’adaptait aux circonstances, en toile de coton épaisse pour le travail, en indienne fleurie, en taffetas ou en soie pour les jours de fête.


Éléonore aurait-elle pensé que la seule pièce de vêtement lui appartenant qui reste dans sa maison soit un jupon de dessous ?

7 commentaires:

  1. Très touchant! et une belle réflexion sur ce que nous laisserons! Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. Je découvre votre blog qui me plait beaucoup.
      http://memoires.christinedb.fr/

      Supprimer
  2. Ah, ces objets qui nous parlent...ou pas! Par attachement pour ma grand-mère je conserve quelques objets dont je ne connais pas l'histoire. Je les ai toujours vu chez elle, ils m'ont suivie lors de mes nombreux déménagements mais ils restent muets. Alors, je comprends d'autant mieux votre émotion à avoir su donner vie à ce jupon.
    Merci de nous l'avoir fait partager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous j'aime les objets et je suis surprise des histoires qu'ils peuvent nous révéler. Mais il faut les écouter longtemps avant de les comprendre un peu mieux.

      Supprimer
  3. Belle histoire ! Avez-vous lu "Madeleine Project" de Clara Beaudoux qui découvre dans la cave de son appartement qui n'a pas été vidée les objets laissés par la précédente locataire dont le neveu ne veut pas ? Cela vient de paraître et c'est aussi une belle réflexion sur ce qu'on garde et ce qu'on risque de laisser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage votre réflexion.
      J’ai suivi le Madeleine Project sur Twitter et https://storify.com/clarabdx/madeleineproject-saison-2
      C’est une enquête qui me parle car j’ai eu l’occasion d’ explorer la maison d’une marraine qui lui ressemblait. C’est un travail de pro que d’en partager ainsi le déroulé, même s’il est reconstruit et très travaillé. Cela pourrait nous inspirer.

      Supprimer
  4. Votre article est très intéressant et ... vous avez de la chance d'avoir retrouvé ce jupon. Mon ex a jeté les vêtements que nous avions retrouvés. Je n'ai gardé que quelques petits colifichets. Fran

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !