2017-11-18

Promenade vers la Place Bellecour, en 1915

Tant d’heures passées à lire toutes les lettres de Marie, envoyée à André entre 1914-1918, m’ont permis d’entrer dans l’intimité de cette jeune femme de 26 ans et de mieux comprendre la vie quotidienne à Lyon en 1914-18.
Je fais la présentation de cette correspondance aux Archives de Lyon ce mois-ci, à l’occasion de la semaine de la généalogie.

Pour ce #RDVAncestral, je vais rendre visite à Marie, le 20 octobre 1915.


Je pousse la porte d’allée de l’immeuble* où elle habite rue Sainte-Hélène.
Oh justement, la voilà qui descend l’escalier avec ses deux enfants, Jean et la petite Anne qui a fait ses premiers pas il y a quelques semaines.


Elle me propose de l’accompagner dans sa sortie. « Il faut que les enfants prennent l’air »
Tous les jours entre 14h et 16h, lorsque le temps est clément, la jeune femme se montre Place Bellecour pour la promenade des enfants. Elle retrouve quelques connaissances, c’est l’occasion d’échanger des nouvelles de leurs hommes qui sont partis à la Grande Guerre.

Marie m'amène voir les canons pris aux Allemands qui sont exposés comme des trophées de guerre.


Du haut de ses trois ans, Jean est fier de raconter que son papa s’occupe des blessés dans son ambulance. Nous croisons ceux qui séjournent à Lyon, des poilus en uniforme les bras en écharpe, d'autres marchant avec des béquilles, des mutilés, des gueules cassées. Les Lyonnais sont habitués à les voir, ils sont arrivés si nombreux dans les hôpitaux.

Mais puisque le « gros petit Jean » est impatient de jouer dans le sable avec son seau et sa pelle, nous nous installons sur un banc auprès de Tanmy, la tante d’André qui se fait une joie de rejoindre sa nièce et les enfants. 

Je reconnais la jeune femme qui vient saluer Marie, c’est Thérèse, l’épouse de Fabien A. dont je vous parle dans mes articles que vous pouvez lire dans les pages précédentes. Thérèse est grosse de son deuxième enfant.


« Je ne sais plus que faire à manger à nos pauvres très petits, c’est une misère pour avoir une quantité suffisante d’un lait quelconque et les œufs qu’on paye 4 et 5 sous pièce sont très souvent de vraies saletés. » dit Marie. Elle se plaint surtout de la difficulté à s’approvisionner en lait. « Il n’y a plus ni automobiles, ni chevaux on ne trouve plus de laitière de campagne.» 
Je ne peux pas leur expliquer, à ces jeunes mamans dont la vie devient si difficile, que cent ans plus tard, on achète facilement le lait stérilisé, conditionné en briques qui se conservent très longtemps. A notre époque, nous avons oublié qu’autrefois le lait était livré tous les jours en ville et qu’il fallait le faire bouillir avec précaution pour le conserver un peu.

Thérèse qui a une bonne laitière, propose « d’en fournir la quantité nécessaire à Marie à condition d’envoyer tous les matins Joséphine avec une berthe chercher le lait chez elle.» 
Toute heureuse de cette opportunité, Marie remercie vivement la lointaine cousine de son mari.
Cependant dès qu’elle a tourné les talons, Marie me confie sans méchanceté :
« Thérèse Arcelin a une énormité de fille, élevée complètement au biberon, mais je ne l’échangerais pas contre la mienne au point de vue beauté !

Bien que je l’ai connue âgée, je peux témoigner que la petite Élisabeth deviendra une belle femme.
Il m’est impossible d’avouer à Marie que sa petite Anne sera emportée par la grippe espagnole avant d’avoir 12 ans.

Elle ajoute avec une pointe de jalousie: 
« Encore une qui ne s’aperçoit que bien peu de la guerre, son mari est pacifiquement à Lyon. »
Alors là, je dois expliquer qu’il travaille à réparer des blessés touchés par des éclats d’obus et qu’il sauve des vies dans son service de radiologie de l’hôpital militaire, ce docteur Arcelin, qui d’ailleurs intimide tant Marie Leclerc.

Le jeune femme est maintenant pressée de rentrer chez elle pour écrire sa lettre quotidienne à André.



8 commentaires:

  1. Mes arrières grands parents étaient à Lyon, avec leurs filles et petits enfants, pendant la guerre. Tous ces détails auxquels je n'avais pas pensé sur la vie quotidienne dans les grandes villes .... On oublie vite. Merci Marie pour cet article

    RépondreSupprimer
  2. C'est formidable d'avoir des lettres qui permettent ainsi de se faire une idée plus précise du mode de vie de nos ancêtres. Je ne suis pas sûre que nous en laisserons autant à nos arrière-petits-enfants… Très bel article bien illustré. Merci de nous faire partager ces moments d'histoire.

    RépondreSupprimer
  3. Très belle reconstitution d'un moment de vie à une époque difficile.

    RépondreSupprimer
  4. J'étais presque sûre de retrouver Marie et ses enfants pour ce rendez-vous.
    Plume légère et petites "piques" aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Fanny-Nésida ! J'ai hésité à publier ces confidences en aparté, mais un siècle plus tard , il y a prescription, n'est-ce pas ! D'ailleurs je suis ravie de transcrire des instants de vie de nos ancêtres.

      Supprimer
  5. Les lettres sont précieuses en effet. Récemment, je recommandais à une cousine, qui se demandait quoi faire à propos des lettres de son père prisonnier de guerre et décédé là-bas, de ne surtout pas les jeter. Mais peut-être qu'un jour ils prendront conscience de leur importance. L'absence de correspondance peut aussi traduire les relations difficile avec la famille, ce qui est arrivé pour mon père ! Merci pour cet article qui fait revivre la vie d'une famille à partir de simples lettres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les archives, les lettres il faut les numériser et les partager. Dans beaucoup de départements, il y a eu un appel à apporter les archives de 1914-18 pour leur numérisation. Voyez aussi le site : http://www.europeana-collections-1914-1918.eu/

      Supprimer
  6. Je lis enfin ce magnifique article du RDVAncestral. C'est une très belle idée que de redonner vie à une lettre écrite il y a plus de 100 ans. Ces lettres sont effectivement essentielles car elles sortent de l'Histoire écrite dans les livres et permettent de replonger dans le quotidien, plus proche de ce que nos aïeux ont véritablement vécu.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !